2018 – République Tchèque

Et nous voici repartis à la découverte d’un nouveau pays et d’une nouvelle capitale européenne… en pédalant.

Départ lundi 16 juillet à proximité de la frontière autrichienne où nous avons trouvé une pension pour passer la première nuit avant le départ et surtout laisser le fourgon en sécurité pour les prochaines semaines. Nous suivons la rivière (la Vltava) qui nous fait passer à Cesky Krumlov, seconde ville touristique après Prague. Difficile de se faire un passage avec nos vélos chargés entre les touristes, Japonais notamment qui traînent leurs valises. Dès que l’on quitte la ville, nous sommes obligés de trouver un abri pour éviter l’orage. Petite accalmie, on repart, mais de nouveau il faut rechercher un toit 500m plus loin, puis encore une fois… on finit dans un café… puis qq km plus loin, dans un abri-bus pour une pause jeu.

   

Le soir, après 70km on atteint Cesky Budejovice, jolie ville où l’on finit par trouver une pension (chambre à 40€ pour nous 3, petit déjeuner inclus, parfait). C’est d’ailleurs la capitale de la bière, que l’on dégustera, comme chaque soir… à 1€ les 0.5 l on ne va pas se priver… c’est moins cher que le coca.

 

Mardi 17: pour quitter la ville, la piste cyclable suit la rivière, à plat. Mais Sylvian traîne derrière, ce qui fait râler Céline. Au bout de 10km, on regarde de plus près: son pneu arrière est quasi à plat, une punaise étant plantée dedans ! (ça doit probablement venir de la cave où les vélos étaient rangés pour la nuit). Après la réparation, Sylvian retrouve une allure normale, ouf. Dans les montées Vincent le pousse ou l’attache derrière, en utilisant l’assistance électrique pour un peu moins peiner ! Le système d’accrochage « maison » fonctionne pas trop mal (car maintenant le vélo en 24 » est trop grand pour le follow-me).

On continue, malgré une chûte de Sylvian dans une descente à cause des gravillons, en pensant s’arrêter dans la ville suivante où un hôtel/ pension est noté sur la carte… mais pas de logement; tant pis on fera 78km au total jusqu’à Tabor. Le Grand Hôtel (tout rénové) a une dernière chambre pour nous, parfait, même s’il faut monter les vélos par l’escalier de secours bien raide et en plein soleil.

  

Mercredi 18: départ un peu plus tard que d’habitude (10h), après quelques courses + un passage rapide à l’office du tourisme et la réservation d’un hôtel sur Prague (arrivée prévue le lendemain). On a rejoint la « Greenway Prague – Vienne » mais qui en fait n’est pas une piste cyclable, simplement un balisage sur des routes peu passantes, avec beaucoup de montées et de descentes, et des détours. On a aussi un vent du nord (de face bien sûr !) assez fort toute la journée. Il y a quelques châteaux et monuments intéressants sur notre parcours mais les panneaux sont en tchèque uniquement… tant pis. L’architecture est cependant très belle dans toutes les villes et les villages. Même problème le soir: on vise une ville avec hôtel-pension mais rien… donc on continue jusqu’au camping suivant (74km en fin de journée). L’accueil du camping et une partie des sanitaires se trouvent dans un vieux bus… et ils servent même des bières fraîches à 1€ 😉

Jeudi 19: On se trouve sur des routes normalement tranquilles mais qui sont très passantes, car la route principale est en travaux.

On avance ainsi jusqu’à Prague, normalement à 30km, mais ce n’est que le début de l’agglomération… on en fera encore 18 avant d’arriver au centre ville. Premier arrêt, le restaurant Vytopna « des petits trains » un des objectifs de nos vacances. On arrive à laisser les vélos garés avec tous les bagages et on monte à la découverte de ce concept: le service des boissons est réalisé à chaque table par un petit train, tout le restaurant étant en fait un grand réseau (à l’échelle 0).

 

Il y a en fait 2 restaurants de ce type à Prague (on ira manger dans le second le lendemain). On profite donc d’une journée et demi (2 nuits) sur Prague pour visiter et se balader dans la ville à pieds: le pont Charles, le château, la relève de la garde… mais c’est envahi de touristes. Contrairement à certaines villes, on peut parler allemand ou anglais et même français et se faire comprendre sans problème.

  

On ne testera pas le beer-bike… bar à bière ambulant pour visiter la ville tout en pédalant…

Samedi 21: On reprend les vélos… difficile de quitter Prague sans se perdre et trouver la bonne direction… vers le Decathlon à l’ouest pour quelques achats pour les vélos (sur-selle pour Sylvian notamment). Et on mangera le midi dans la campagne loin du centre. Après-midi bien chaude: pause glaces, puis routes plus ombragées, mais l’orage menace. Arrivée à Rakovnik et arrêt dans la première pension juste avant la pluie. Grande chambre (pour 32€) où on mettra les vélos, et repas au restaurant de l’auberge.

 

Dimanche 22: arrêt au premier super-marché ouvert, où l’on fait quelques courses et passage à l’office du tourisme ouvert car course VTT dans la ville. On suivra ensuite une piste cyclable dans une vallée sur 20km jusqu’au château de Krivoklat que l’on visitera + pic-nic en regardant les démonstrations de combat rapproché avec les épées et dagues et de rapaces … avec les commentaires tout en tchèque. Quelques montées ensuite, mais routes ombragées… on finit la journée dans un camping où Sylvian voudrait encore se dépenser en jouant (foot, volley), mais après 68km on est un peu fatigués et on préfère s’attabler au snack après la douche.

Lundi 23: Pas trop de dénivélé dans la matinée, puis on atteint Plzen vers midi par une piste cyclable (heureusement car le trafic est assez intense). Sylvian et Vincent ont encore la forme pour monter les 299 marches du clocher et avoir une vue d’ensemble sur la région. Les environs de la ville sont assez industriels, à noter la brasserie Pilsner Urquell, la plus grande du pays. Piste tranquille le long de la rivière pour quitter la ville (balisé n°3 que l’on suivra jusqu’à la frontière allemande). On s’arrête le soir à Holysov où l’on trouve une chambre (en fait un grand appartement) chez l’habitant.

Mardi 24: Passage à une tour Mirador (5 étages) qui domine la campagne. On s’arrête aussi à presque tous les offices du tourisme car Sylvian fait collection des tampons sur son cahier de voyage.

 

Lac et baignade en fin d’après-midi où Céline se blesse le pied en nageant (il n’y a pas qu’à vélo qu’on peut se faire mal). Petit restaurant le soir à côté du camping où il est difficile de se faire comprendre (en anglais ou allemand) de la serveuse. Tant pis on mangera ce qu’elle nous apportera car on a faim.

Mercredi 25: Courses et café en terrasse au village avant de partir. Que des pistes ou des petites routes aujourd’hui, mais beaucoup de dénivelé: cols à 960 et 1220m. On est à l’est de la Bavière dans les montagnes qui sont des stations de ski en hiver. Bonne chûte pour Vincent qui n’a rien compris à ce qui lui arrivait. En redémarrant après une petite pause boisson, impossible de contrôler la direction, le vélo s’est couché tout seul… (pourtant il n’y avait que de l’eau dans le bidon lors de la pause… « quoi on m’aurait menti »!). En fait le pneu avant était crevé et avec le poids des sacoches (> 10 kg sur la roue avant), difficile de stabiliser. Heureusement que cela s’est passé à faible vitesse car juste avant cet arrêt on faisait des pointes à 40-50 km/h sur des pistes en descente. On trouve une chambre dans un vieux chalet type auberge de jeunesse « dans son jus »… où les propriétaires ne sont pas là (Vincent a discuté en allemand par tél… et on laisse l’argent sur la table de la chambre le lendemain).

Jeudi 26: encore un col (à 1150m) puis descente quasi continue. Passage sur la commune la plus élevée du pays (1065m). On traverse de nombreuses forêts, paradis des randonneurs. Courses rapides au supermarché dans un petit village l’après-midi juste avant la fermeture (16h !). Et le soir après 70km, nous avons quelques difficultés pour trouver une pension. Après 5 tentatives on trouve finalement une chambre, juste avant un bon orage. On s’était abrité déjà une heure avant pour laisser passer une bonne averse.

 

Vendredi 27: on commence par une piste forestière, mais qui est coupée par des camions qui chargent du bois. Donc demi-tour et on se retrouve sur d’autres pistes, un peu trop raides… dernier col et redescente pour arriver au lac au bout duquel est garée la voiture, 40 km plus loin. La piste suit plus ou moins le bord du lac. Avec 2 baignades… pause glaces… la dernière journée est plus tranquille (63km). Et dernier repas au restaurant-pension du premier soir pour fêter notre boucle cycliste tchèque.

On regrette un peu que les gens ne parlent pas l’anglais ni l’allemand en dehors des grandes villes car on peut difficilement communiquer.

 

Bilan: 730km parcourus en République Tchèque, alternant la campagne, les villes (Prague, Plzen) et la montagne (1200m maxi). Jolies routes et pistes tranquilles, pas trop chaud (30°C maxi)… quelques chûtes sans gravité et 2 crevaisons. C’est un pays vraiment agréable à découvrir à vélo où la vie… et la bière ne sont pas chères !

Le vélo, c’est bon pour la santé… et celle de la planète Smiley-logo-vélo
Cycling is good for your health… and for the planet.   

 

Publicités

2 réponses à “2018 – République Tchèque

  1. magnifique comme a chaque fois..bravo à vous 3 et une spécial dédicaces a sylvian de la part de jules…BRAVO !! on vous embrasses fort et à bientôt
    sylvie, jules et regis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s