2014: Bulgarie – Roumanie

Bulgarie – Roumanie

11ème journée de vélo : 70km

Nous suivons les panneaux EV6, mais ça n’est pas une bonne idée car nous faisons des détours avec plus de 250m de montée sur des petites routes (où l’on doit freiner à la descente… c’est dommage de gâcher ainsi l’énergie dépensée à la montée !) Puis on retrouve la route principale (pas trop passante) et surtout le vent dans le dos. Arrivée à la frontière Serbie / Bulgarie où nous rencontrons 2 Allemands (Maren & Waldemar : www.mitdemrad.wordpress.com ) partis pour 6 mois depuis Francfort, destination la Mer Noire puis Istambul… Ils roulent tranquillement en faisant des détours… c’est leur « échauffement ». Après la frontière, Bregovo : ça a l’air désert, rien à voir. On continue jusqu’à Vidin toujours avec le vent dans le dos (on roule à 20-25km/h sans se fatiguer). Visite du château de Baba Vida. Puis direction le bac pour traverser le Danube vers la Roumanie. Mais en fait un pont a été construit plus loin donc le bac ne fonctionne plus et il faut rajouter 15km… On passe la frontière sans voir de douanier ; on fait demi-tour quand-même au cas où il y aurait besoin d’un tampon sur le passeport. Un douanier vient finalement regarder rapidement nos passeports… Arrivée à Calafat, première ville de Roumanie, pas trop accueillante. Mais on y reste car on a fait notre « quota » de kilomètres et on ne sait pas où loger après. C’est la fête foraine ! On trouve un hôtel qui ressemble plutôt à un centre de soins pour personnes âgées, bizarre… C’est la fête dans la ville : repas dans la rue. Changement d’heure en Roumanie… depuis le temps que nous allons vers l’est, le soleil commençait à se coucher vraiment tôt.

SAM_3015SAM_3019

12ème journée de vélo : 86km – première journée en Roumanie et passage des 1000km (depuis Budapest)

Ici en Roumanie, nous avons l’impression de remonter le temps. On voit plus de charrettes tirées par des chevaux que de tracteurs et même que de voitures. C’est la période des foins, tout le monde va au champ en famille avec les chevaux. Remarque, ça signifie au moins qu’il en reste… ils n’ont pas encore tous été transformés en hachis Parmentier ou en boulettes Ikea ! Nous puisons l’eau au puits dans un village pour remplir notre bouteille (par sécurité on met quand-même une pastille dedans). En fin de journée nous avons doublé un papy avec un vélo plutôt moderne qui contrastait avec les autres… il était même fier de se faire photographier avec… vous aurez reconnu le V’lib sur la photo ! Les gens sont sympa: assis sur leur banc au bord de la route (il y en a devant chaque maison) ils nous regardent passer en nous saluant… on leur répond ola, hello, pouêt-pouêt… Les enfants viennent même nous taper dans la main au passage, parfois un peu fort (mais certains s’agrippent à nous ou au vélo… et l’on manque de tomber)… Le soir nous arrivons dans un camping où nous louons une petite cabane en bois (10€). Il fait vraiment chaud… parfait pour une nuit en camping après une soirée pic-nic dehors.

SAM_3045-bonjour-enfantsSAM_3119SAM_3035-puitsSAM_3048

13ème journée de vélo : 93km – vitesse moyenne : 20,7km/h

14ème journée de vélo : 121km – notre record !

Toujours la Roumanie, des longues routes plates, monotones, mais pas si mauvaises finalement. Traversée de nombreux villages où nous faisons des pauses aux Magazin Mixt où l’on trouve de tout, surtout coca, eau, gâteaux et autres provisions. Il n’y a pas trop de circulation à part les chevaux attelés que l’on double… et ça c’est motivant ! Un matin, nous allons au premier village pour prendre un café, mais on nous dit qu’il faut aller au suivant. On continue et en y arrivant, pas d’électricité dans le village, donc pas de café, tant pis. Puis visite du site romain de Cetatü Svicidava où un gars nous ouvre le musée et nous fait la visite commentée en roumain (mais on arrive à le comprendre !) pendant ¾ heure. Et bien que l’on insiste il ne veut pas qu’on le paie, ni même le tarif d’entrée du site. Il nous montre aussi le monument et la tombe de Popa Sapca, révolutionnaire roumain. On reprend la route ; un peu de vent dans le dos nous permet de bien avancer et de faire des longues étapes. Notamment pour arriver au seul village où il y a un hôtel, il n’y en avait pas sur les 50km précédents. Nous y passerons 2 nuits à cause de la pluie et des orages violents : on préfère être au sec et en sécurité. Une journée de repos ne fait pas de mal, après 8 jours sur le vélo depuis Belgrade.

SAM_3109SAM_3031

15ème journée de vélo : 79km (vitesse moyenne 18km/h)

Nous partons tôt pour tenter d’éviter les orages prévus dans la journée. Nos jambes ‘toutes neuves’, reposées, nous permettent de franchir rapidement les 13 km de 2×2 voies pour quitter la ville et arriver enfin sur des routes plus calmes. Mais notre principale préoccupation devient les orages auxquels nous n’échappons finalement pas, dès midi. Et nous n’évitons pas non plus les « douches » de flaques boueuses projetées par les camions. Nous arrivons quand même tôt à Oltenita (au SE de Bucarest) où nous finissons, après plusieurs tentatives, à trouver un hôtel ouvert. Une bonne douche et un peu de lavage sont bien nécessaires. Il nous tarde d’arriver à la Mer Noire car les paysages ont perdu l’attrait de la nouveauté et la Roumanie est longue à traverser…

16ème journée de vélo : 85km

17ème journée de vélo : 87km et plus de 600m de dénivelé

Nous traversons souvent des zones industrielles désaffectées, où l’on n’a pas envie de s’attarder. Traversée du Danube en bac avant de s’abriter d’un fort orage dans un abribus ; un Roumain (ou Bulgare) vient s’abriter aussi et nous raconte plein de choses pendant un bon moment, mais là on n’y comprend rien du tout. Puis petit passage en Bulgarie pour la soirée et la nuit : on passe la frontière pour aller dans la ville où il y a des hôtels (à la douane où les photographies sont interdites un douanier amusé prend des photos de Sylvian dans la remorque). Mais le premier hôtel est complet. Un cycliste nous emmène au suivant, complet aussi. En discutant on arrive quand-même à avoir une chambre de service, car apparemment il n’y a pas d’autre hôtel dans la ville. Nous y rangerons aussi les vélos entre les lits. Puis retour en Roumanie le lendemain où l’on quitte les rives du Danube qui part vers le nord. Nous allons vers l’est, direction la mer, direct. Plusieurs rencontres : un couple d’Anglais à vélo qui vient de démarrer de la Mer Noire en direction de Vienne. Puis un groupe de motards Français : ils font le tour de l’Europe, déjà 5000km au compteur, ils seront arrivés avant nous à la mer ! Encore une bonne pause à l’abri pour laisser passer un orage qui nous menaçait depuis plusieurs kilomètres, et qui nous a rattrapés ! Puis à un petit village on se renseigne pour un logement. Une dame bien sympathique nous propose de venir loger chez eux car le prochain hôtel est encore bien loin. Nous sommes donc accueillis chez Eugen et Elena pour la nuit, où nous partageons leur repas. Ils allument aussi la chaudière à bois pour que l’on puisse prendre une douche bien chaude et nous essayons de discuter avec eux… mais pas toujours facile, dommage que l’on ne connaisse pas quelques mots de roumain.

SAM_3191SAM_3179SAM_3120

18ème et dernière journée de vélo : 63km avec un peu de dénivelé au début

Nous quittons nos hôtes qui nous offrent aussi une tablette de chocolat, des noix… nous garderons un bon souvenir de cette étape. Et nous terminons notre parcours par des routes encore tranquilles au début, et vallonnées, mais qui se transforme en une 2×2 voies (voie rapide) sur les 20 derniers kilomètres avant Constanta. On pédale fort pour arriver à la ville.

Et nous voici à midi à LA MER NOIRE terminus de notre TEE : CA Y EST, NOUS Y SOMMES, FIN DE L’EUROVELO 6 !!!!!!! Notre objectif est atteint, après de l’autre cote c’est l’Asie.

Avant d’aller se baigner, un bon repas est bien nécessaire pour fêter ça. Mais l’orage et une pluie violente arrivent… pas question de rester dehors. Nous nous réfugions dans le restaurant avant d’aller trouver notre dernier hôtel. On prend une chambre « grand luxe » avec même une baignoire balnéo… le bain dans la Mer et les châteaux de sable, ce sera pour le lendemain.

SAM_3314SAM_3329SAM_3350SAM_3351-Mer-Noire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s