5ème partie : Wien -> Budapest – 4 jours – 403 km

20ème journée :

Nous décidons de quitter Vienne car il y fait très chaud et notre « grand blessé » préfère se faire transporter en carrosse. Nous traversons la vieille ville à vélo et rejoignons le Danube.

On prend un pont pour traverser le fleuve et retrouver la piste qui est sur la rive gauche. Mais dès le milieu du pont, c’est bizarre : les panneaux indiquent autoroute et effectivement on se retrouve sur une voie d’accès à l’autoroute avec rail de sécurité et grillage. La seule solution est d’avancer un peu pour essayer de trouver un passage pour sortir de là (car faire demi-tour serait trop risqué). En plus les voitures qui passent à fond nous klaxonnent… gros stress. Un peu plus loin, le grillage est plié (on n’est pas les seuls à s’être fait piéger et à y être passé) : on détèle rapidement la remorque que l’on passe par-dessus le rail et le grillage. Ouf Sylvian est en sécurité, au tour des vélos ensuite. Et nous voilà sur la piste au bord du Danube. Mais le stress n’est pas fini :  il y a des employés municipaux, dont une assez zélée qui commence à nous dire que c’est interdit, qu’on est inconscients surtout avec un enfant et qui sort son carnet (pour verbaliser !). Pas besoin d’en rajouter…  Vincent lui répond en allemand sur le même ton, pour qu’elle nous laisse tranquille ; on n’y peut rien s’ils n’ont pas mis de panneaux avant le pont. Voilà, on continue en essayant de suivre la piste, mais on retraverse déjà le Danube 400m plus loin (sur la piste ce coup-ci).

On quitte Vienne ; il y a plein d’endroits pour se baigner au bord du Danube, mais il est un peu tôt, dommage. En fait on n’en trouvera pas d’autre de la journée. Il fait très chaud. L’après-midi, peu d’ombre, notamment une ligne quasiment droite de 25km sur la piste en plein cagnard, sans un arbre. Le premier arbre après plus d’1h15 de pédalage est le bienvenu !

Puis nous arrivons à la frontière slovaque, puis la capitale Bratislava. Le camping n’est pas dans la bonne direction. Nous cherchons un hôtel, mais c’est assez « attrape-touriste », les prix affichés ne sont pas ceux qu’ils annoncent… Bref, d’abord la priorité : manger car il est presque 20h et nous avons faim. Après une bonne bière et un bon repas, ça va mieux. Nous décidons de continuer et on trouvera bien un hôtel vers la sortie de la ville. En fait il n’y en a pas (à part le Sheraton 5*). Comme la température est moins caniculaire la nuit, pourquoi ne pas rouler un peu. On s’équipe des éclairages, et c’est parti sur la piste, dans la nuit bien noire. Au bout de 15-20km, nous commençons à chercher un camping ou un coin pour planter la tente. Dans un village, on se renseigne. Un gars nous dit qu’il y en a un à 1km, ou plutôt 2. On y va. Finalement on y arrive après une dizaine de kilomètres (après s’être renseignés plusieurs fois pour être sûr). Il est 23h. Montage rapide de la tente sous les attaques des moustiques. On couche Sylvian qui s’endort direct (en fait il n’avait pas voulu dormir dans la remorque pendant l’étape de nuit). Puis douche pour nous, sanitaires bien sales, mais pas grave, on ne va pas rester bien longtemps dans ce camping.

Total journée 20: 114km 6h50 sur le vélo – 16,7km/h de moyenne

Slovaquie

21ème journée :

En fait nous sommes en Hongrie, nous avons passé la frontière de nuit sans nous en apercevoir. Réveil tôt, séchage de la tente. Café + cacao au camping et départ jusqu’au premier village. On trouve un supermarché ouvert, parfait, car on est dimanche, et on fait le plein pour le petit déj + repas du midi pour l’équivalent de quelques euros (c’est moitié moins cher qu’en France). Il fait chaud dès le matin. Nous cherchons en vain un coin de baignade. On pique-nique sous un arbre, où il fait trop chaud pour la sieste : on décide de rouler, au moins cela nous fait un peu d’air, ce qui est mieux supportable. La piste passe à travers des champs moissonnés où l’air est quasiment brûlant (38°C à l’ombre). On pense aux pilotes de F1 (c’est le Grand Prix de Budapest en ce moment) qui doivent avoir bien plus chaud que nous encore sous leurs casques… Dans Gyor, des brumisateurs ont été installés sur la place centrale pour rafraichir un peu, Vincent y fait une petite halte… Nous faisons plusieurs pauses boisson et changeons souvent l’eau du bidon qui devient « thé » en moins d’une heure. Nous perdons l’EV6 à la sortie de Györ. Après avoir obtenu quelques mauvaises indications et perdu pas mal de temps, nous décidons de tracer par la grande route, au moins on avancera. Dans un petit village, avec de l’eau fraîche, un gars nous donne un sac rempli de quetsches et d’abricots ; ça nous fait bien plaisir et nous continuons jusqu’à trouver un « Zimmer frei » chez l’habitant pour la nuit (35€) avec une petite cuisine pour faire chauffer nos pates du soir.

Total journée 21: 103km 6h18 sur le vélo – 16,4km/h de moyenne

brumisateur

22ème journée :

Il fait déjà chaud à 9h et il nous tarde d’arriver à Budapest. Heureusement la journée commence bien avec du vent dans le dos : matinée à 19km/h de moyenne jusqu’à la ville de Tata. On trouve un lac avec un coin baignade où l’on y passe 3h. Puis on repart sans trouver l’EV6… on galère un peu, certains panneaux indiquent des routes où les vélos sont interdits, mais pourtant c’est là qu’il faut passer… (en tout cas on ne se retrouve pas sur l’autoroute). Ensuite les panneaux interdisent explicitement les tracteurs et les véhicules hypomoteurs, mais plus les vélos!

 Ca ne sert à rien de demander où est la piste, on nous envoie dans des directions opposées, et certains ne connaissent même pas la direction de Budapest (on est à une cinquantaine de km de la capitale !).

Dernier problème technique: la fixation du garde-boue du vélo de Vincent s’est cassée, réparation rapide avec un bout de suspente de parapente emporté au cas ou…

Puis petite route de campagne avec montée pour passer un col (+200m de dénivelé) toujours sous le soleil intense (record de chaleur de la journée : 40°C) : beaucoup de sueur, la baignade nous paraît bien loin. On redescend de l’autre côté mais pas bien vite, la route étant garnie de nids de poule et Sylvian faisant la sieste… On se retrouve ensuite sur une route assez passante, mais c’est bien la bonne, nous sommes de nouveau sur l’EV6, parallèle au Danube. Passage de plusieurs villages, très industiels et guère accueillants. On se demande si on va trouver une chambre et finalement à l’entrée de Dorog : hôtel-restaurant, parfait.

Nous sommes seuls dans cet hôtel dimensionné pour les séminaires; repas du soir avec des spécialités locales qui nous changent de la panure habituelle.

Total journée 22: 86km 5h22 sur le vélo – 16km/h de moyenne

interdit-vélo - Copie23ème journée :

La nuit n’a pas été bonne pour Vincent surtout ;  trop chaud dans la chambre (30°C) malgré la fenêtre ouverte, et surtout le bruit de la route et des camions toute la nuit. Mais normalement, c’est la dernière journée de vélo : arrivée prévue à Budapest ce soir, ça nous motive. Dès le départ, le temps change : nuages + vent d’ouest fort par bourrasques. Parfait, comme nous allons vers l’est. Et les températures sont bien plus fraîches. On fait quand-même attention aux rafales, qui arrachent nos casquettes. Passage du Danube sur un bac. On se retrouve sur la piste rive gauche. Beaucoup de nuages de moucherons. Pause du midi à Vacs que l’on pensait avoir dépassé dans la matinée. Ca n’avance pas vraiment. Budapest ne se rapproche pas si vite. L’EV6 fait plein de détours dans des zones pavillonaires. Puis fin de piste à 25km du centre de Budapest. On continue au GPS pour l’atteindre en cherchant des routes moins passantes. Puis dans un virage sous un pont, on découvre le panneau tant attendu « Budapest ».

Arrivee - Copie

Séance photo, l’endroit est plutôt étroit, les voitures frôlent l’appareil photo en bout de bras tendu et il a fallu tourner le panneau pour essayer d’avoir une photo à peu près correcte. On est encore à 16km du centre-ville. On le rejoint par une piste cyclable, principalement sur les trottoirs plus ou moins larges en traversant des banlieues où l’on n’a pas envie de s’arrêter… SAM_1303 SAM_1323Mais il ne fait pas encore nuit. On arrive finalement au centre où l’on trouve, difficilement, le point info touriste qui heureusement est encore ouvert. nous y réservons un appart-hôtel dans le quartier de l’Opéra pour quelques nuits. On s’y rend, et on s’installe en montant les vélos un a un par l’ascenseur et tout le matériel dans la chambre, heureusement assez grande et bien équipée (il y a même une machine à laver… que nous n’utiliserons pas… alors que chaque jour on faisait notre lessive dans les lavabos). Nous débouchons une petite bouteille de champagne local bien mérité pour fêter notre arrivée. Et maintenant nous allons souffler et profiter de Budapest…

Total journée 23: 100km 6h05 sur le vélo – 16,4km/h de moyenne

 

Publicités

2 réponses à “5ème partie : Wien -> Budapest – 4 jours – 403 km

  1. Belle expédition en famille. On sent que ça n’a pas été facile tous les jours mais c’est bien compensé par le dépaysement. Les souvenirs ne manqueront pas. Très belle initiative et bravo. Didier (Bricolo)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s